Passer au contenu principal
Menu
À la défense des droits de la personne
Activités
Wilton Littlechild

Wilton Littlechild Vérité et réconciliation

ANNÉES 5 à 12  /  DURÉE SUGGÉRÉE = Six classes de 60 minutes

Exercice préparatoire

Dans les années 1880, le gouvernement du Canada a ouvert des pensionnats et en a confié la direction aux Églises. Ces établissements avaient pour but d’appliquer la politique d’« assimilation agressive » du gouvernement, car celui-ci estimait être responsable de l’éducation des Autochtones au Canada. Il était d’avis que les enfants auraient le plus de chances de réussir dans le « Nouveau Monde » s’ils apprenaient l’anglais et adoptaient les coutumes chrétiennes et canadiennes. Ces enfants transmettraient alors à leurs enfants leur nouveau mode de vie, et les traditions autochtones faibliraient ou disparaitraient quelques générations plus tard. Les pensionnats étaient administrés par le ministère fédéral des Affaires indiennes d’alors (aujourd’hui appelé Affaires autochtones et Développement du Nord Canada) et leur fréquentation était obligatoire pour les enfants autochtones. Des agents du gouvernement veillaient à ce que tous les enfants autochtones fréquentent ces établissements, ce qui impliquait souvent de les retirer de force de leur foyer et de les emmener loin de leur communauté. Le dernier pensionnat a fermé ses portes en 1996.

Afin de renseigner les élèves sur l’histoire des pensionnats et les questions s’y rattachant :

  1. faites-leur écouter l’entrevue avec le chef Littlechild;
  2. demandez-leur de se mettre à la place du chef Littlechild et de dire comment ils se seraient sentis s’ils avaient vécu la même chose;
    1. Cette expérience aurait-elle fait d’eux des personnes différentes de ce qu’ils sont aujourd’hui? Si oui, comment?
    2. Comment auraient-ils fait face à la barrière linguistique, aux coutumes inconnues, au sentiment d’isolement et de solitude, et au manque de soutien familial et communautaire?

Activité 1

AvertissementMême si les activités sont destinées aux élèves de la 5e à la 12e année, nous vous demandons d’exercer votre jugement et d’examiner les ressources suggérées avant de les utiliser avec les élèves.

  1. Visionnez avec les élèves les ressources suivantes :

    Reprendre le temps perdu : Le système des pensionnats indiens au Canada — Présentation PowerPoint interactive

    Pensionnats indiens : l’enfance déracinée — L’héritage douloureux des pensionnats indiens pèse sur les générations d’Autochtones éduqués dans ces écoles dont le but avoué était l’assimilation. Cette sombre page de l’histoire du pays demeurée méconnue de la plupart des Canadiens et Canadiennes refait surface alors que des milliers d’Autochtones réclament excuses et dédommagements. Ils demandent à guérir de leur enfance volée.

  2. Demandez aux élèves de réfléchir aux questions suivantes et discutez-en avec toute la classe :
    1. Que signifie l’assimilation pour vous?
    2. Que visait le gouvernement par l’« assimilation »; des Autochtones?
    3. Quels sont les résultats de l’« assimilation »?
    4. Dans quelle mesure les problèmes sociaux que rencontrent certains Autochtones aujourd’hui découlent-ils des expériences vécues dans les pensionnats?

Activité 2

L’exercice de la couverture, appelé Blanket Exercise en anglais (bientôt offert en français) a pour but de faire comprendre aux élèves la relation historique entre les Autochtones et les non-Autochtones au Canada. Cet exercice d’apprentissage expérientiel conçu par KAIROS aide les élèves à comprendre la nécessité de la réconciliation. Il prend de 30 à 40 minutes et devrait toujours être suivi d’un cercle de la parole d’au moins une demi-heure. Sachez que cet exercice suscite souvent de fortes émotions. Vous pourriez inviter des membres des Premières Nations, des Métis ou des Inuits à se joindre à vous pour qu’ensemble vous honoriez le territoire traditionnel et commenciez à bâtir une relation.

Cette activité, offerte à cout minime, est hautement recommandée.

Activité 3

La Commission de vérité et réconciliation (CVR) du Canada, mise sur pied le 1er juin 2008, avait notamment pour mission de documenter et d’exposer l’étendue et l’impact des expériences vécues dans les pensionnats, de créer un milieu sûr pour les anciens élèves quand ils se présenteraient devant la Commission et de préparer un rapport à l’intention du gouvernement fédéral sur les séquelles des pensionnats. Le mandat de la CVR a pris fin en juin 2015.

  1. Demandez aux élèves de discuter en groupes de quelques-unes des questions suivantes :
    1. Questions sur l’histoire et les séquelles des pensionnats
      1. Comment définiriez-vous le mot VÉRITÉ si votre définition devait se retrouver dans un dictionnaire?
      2. Il a fallu attendre plus de 100 ans avant que le gouvernement du Canada reconnaisse les conséquences des pensionnats. Pourquoi, selon vous, a-t-il fallu attendre aussi longtemps pour que la vérité soit reconnue? Veuillez expliquer.
      3. Connaissez-vous ou avez-vous déjà rencontré un survivant ou une survivante des pensionnats? Si oui, quel effet son histoire a-t-elle eu sur vous?
      4. Si vous aviez l’occasion de rencontrer une survivante ou un survivant des pensionnats, que lui diriez-vous?
      5. En découvrant la vérité cachée au sujet des pensionnats au Canada, quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise aujourd’hui? Veuillez expliquer.
    2. Questions sur la réconciliation et ce qu’elle implique
      1. Comment définiriez-vous le mot RÉCONCILIATION si votre définition devait se retrouver dans un dictionnaire?
      2. En repensant aux activités d’apprentissage auxquelles vous avez participé, estimez-vous que la réconciliation suffit pour réparer les injustices dont ont été victimes les peuples autochtones du Canada? Veuillez expliquer.
      3. Selon vous, pourquoi l’étape de RÉCONCILIATION est-elle importante après celle de la découverte de la VÉRITÉ au sujet des pensionnats indiens?
      4. En explorant le concept de réconciliation, le principal objectif de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise aujourd’hui? Veuillez expliquer.
    3. Questions sur l’espoir de changement pour l’avenir
      1. Que pourriez-vous faire, à titre INDIVIDUEL, pour appuyer le processus de réconciliation en cours? Veuillez expliquer.
      2. Que pourriez-vous faire, en tant que CLASSE ou école, pour appuyer le processus de réconciliation en cours? Veuillez expliquer.
      3. Si vous deviez établir le dialogue avec votre COMMUNAUTÉ, que feriez-vous pour sensibiliser davantage la population aux injustices subies par les peuples autochtones du Canada? Veuillez expliquer.
      4. Si vous deviez parler de vérité et de réconciliation à un frère, une sœur ou un élève plus jeune que vous qui n’est pas sensibilisé à ces questions, que lui diriez-vous?
      5. Si vous pouviez envoyer un message au gouvernement, que lui diriez-vous, sachant qu’il a présenté des excuses en 2008?
      6. Si vous pouviez écrire un message à un survivant ou une survivante des pensionnats, que lui diriez-vous?

Activité 4

  1. En premier lieu, demandez aux élèves de comparer leur école à un pensionnat en se basant sur ce qu’ils ont appris à propos des pensionnats au Canada.
    1. Demandez-leur de relever les ressemblances et les différences. Vous pouvez vous servir du tableau qui suit pour consigner les résultats de leur réflexion.

      Mon école en comparaison d’un pensionnat
      Ressemblances Différences
         

  2. En second lieu, demandez aux élèves de s’imaginer qu’ils font leur entrée au pensionnat, dans une classe du palier élémentaire. Ils ont l’occasion d’écrire une lettre à une personne seulement au sujet de leur nouvelle vie et de leur expérience dans leur nouveau milieu.
    1. À qui s’adresserait la lettre?
    2. Que dirait la lettre?
  3. Demandez aux élèves de lire leur lettre à haute voix.

Activité 5

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qui est l’aboutissement de 25 ans de travail, contient 46 articles. Elle a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 13 septembre 2007. Le gouvernement du Canada, comme ceux de l’Australie, des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande, ont voté contre cette déclaration. Les quatre pays dissidents ont depuis changé leur position et se sont prononcés en faveur de la Déclaration. La déclaration officielle d’appui du gouvernement du Canada, publiée le 12 novembre 2010, s’inscrit dans le processus de réconciliation.

  1. Demandez aux élèves de se familiariser avec la Déclaration et de choisir au moins un des 46 articles afin d’y réfléchir et de pousser plus loin la recherche.
  2. Demandez aux élèves d’écrire un court article d’opinion qui explique notamment comment l’article ou les articles de la Déclaration s’inscrivent dans le processus de vérité ou de réconciliation, maintenant et dans l’avenir.
  3. Demandez aux élèves d’expliquer comment l’article ou les articles appuient les Autochtones, maintenant et dans l’avenir.

Activité synthèse — De la réflexion à l’action

La Commission de vérité et réconciliation du Canada a publié, en juin 2015, son rapport de fin de mandat qui est accessible à la page Honorer la vérité, réconcilier pour l’avenir. Le document comprend une section intitulée Appels à l’action qui contient 94 recommandations visant à remédier aux séquelles laissées par les pensionnats au Canada et à faire avancer le processus de réconciliation.

  1. Demandez aux élèves de choisir une des recommandations suivantes touchant l’éducation, la santé et les droits des Autochtones au Canada, d’en discuter et de l’approfondir en menant une recherche en vue d’une présentation à faire en classe.
    1. Recommandation 10 : « Nous demandons au gouvernement fédéral d’élaborer de nouvelles dispositions législatives sur l’éducation des Autochtones, avec la pleine participation et le consentement éclairé des peuples autochtones… »
    2. Recommandations 13 et 14 : « Nous demandons au gouvernement fédéral de reconnaître que les droits des Autochtones comprennent les droits linguistiques autochtones » et « Nous demandons au gouvernement fédéral d’adopter une loi sur les langues autochtones… »
    3. Recommandation 18 : « Nous demandons au gouvernement fédéral, aux gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi qu’aux gouvernements autochtones de reconnaître que la situation actuelle sur le plan de la santé des Autochtones au Canada est le résultat direct des politiques des précédents gouvernements canadiens, y compris en ce qui touche les pensionnats, et de reconnaître et de mettre en application les droits des Autochtones en matière de soins de santé tels qu’ils sont prévus par le droit international et le droit constitutionnel, de même que par les traités. »
    4. Recommandation 44 : « Nous demandons au gouvernement du Canada d’élaborer un plan d’action et des stratégies de portée nationale de même que d’autres mesures concrètes pour atteindre les objectifs de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. »
    5. Recommandation 62.i : « Nous demandons aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, en consultation et en collaboration avec les survivants, les peuples autochtones, et les éducateurs, de : i. rendre obligatoire, pour les élèves de la maternelle à la douzième année, l’établissement d’un programme adapté à l’âge des élèves portant sur les pensionnats, les traités de même que les contributions passées et contemporaines des peuples autochtones à l’histoire du Canada. »
  2. Demandez aux élèves de présenter à la classe les résultats de leur recherche sur la recommandation, et d’inclure possiblement dans leur présentation un plan d’action qui les motiverait à appuyer la recommandation.

Activité complémentaire

En 2008, le gouvernement du Canada et de nombreuses Églises ont présenté des excuses aux Autochtones. En tenant compte de l’évolution des valeurs sociétales et en reconnaissant que les gens font des erreurs en s’appuyant sur des renseignements erronés et des stéréotypes hérités du passé et que la réconciliation repose sur le respect, les relations et la collaboration :

  1. invitez les élèves à examiner les excuses présentées par :
    1. le gouvernement du Canada;
    2. la Gendarmerie royale du Canada;
    3. l’Église anglicane du Canada — excuses publiées dans 11 langues, dont 9 langues autochtones;
    4. la Conférence des évêques catholiques du Canada;
    5. l’Église Unie du Canada;
  2. tenez une discussion ouverte et honnête sur les mesures et les décisions stratégiques malavisées de nos ancêtres, et sur le bien-fondé des excuses publiques dans un processus de réconciliation.