Passer au contenu principal
Menu
À la défense des droits de la personne

Autres défenseurs et défenseuses des droits de la personne

L’objet de Parler vrai au pouvoir Canada est de faire connaitre les parcours de Canadiennes et Canadiens qui se consacrent à la défense des droits de la personne. Comme le Canada compte de nombreux citoyens et citoyennes soucieux de faire avancer les droits de la personne, nous avons voulu mettre en valeur d’autres membres de la communauté des défenseurs et défenseuses des droits de la personne. Nous espérons que vos élèves trouveront nos portraits de défenseurs et défenseuses inspirants. Qui sait s’ils ne se découvriront pas, en lisant les parcours de ces personnes, une nouvelle mission!

Harsha Walia

Fondatrice de la section vancouvéroise de l’organisme No One Is Illegal, Harsha Walia est une militante pour la justice sociale originaire de l’Asie du Sud qui axe son action sur la solidarité avec les populations migrantes et autochtones, ainsi que sur l’élimination de la violence fondée sur le sexe, en particulier dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver. No One Is Illegal fournit un appui direct aux communautés réfugiées et autochtones, et sensibilise la population aux défis que doivent relever ces deux groupes. Harsha Walia elle-même s’inspire de la bataille que son grand-père a menée contre l’Empire britannique des Indes avant leur partition. Son livre, Démanteler les frontières contre l’impérialisme et le colonialisme, publié en anglais en 2013 (2015 pour la version française), est à la fois un outil de sensibilisation aux déplacements massifs et un guide pour créer des mouvements.

  • Santé et sécurité des femmes
  • Vérité et réconciliation

Karen O’Shannacery

Militante vouée à la défense des sans-abris, Karen O’Shannacery a travaillé à la Lookout Emergency Aid Society de Vancouver à partir de la création de l’organisme en 1971 jusqu’à son départ à la retraite en 2014. La Lookout Society offre aux personnes à faible revenu ou sans revenu de l’hébergement et des services de soutien, dont des lieux de rencontre pour les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, des services de santé, des services de counseling en matière de toxicomanie ainsi que de la formation culinaire et technique. Elle aide ces personnes, dont les besoins sont très divers, à retrouver une certaine stabilité et à améliorer leur qualité de vie en leur fournissant, sans porter de jugement, des services souples. Inspirée par les difficultés qu’elle a elle-même vécues dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver, où elle a déjà gagné sa vie en vendant de la drogue, Karen O’Shannacery est convaincue que le logement est à la fois la première étape vers l’autonomie et un droit. Elle n’a révélé son passé qu’après son départ à la retraite en 2014.

  • Santé et sécurité des femmes

Hannah Taylor

Hannah Taylor milite en faveur des sans-abris et des personnes qui ont faim depuis le jour où elle a vu, à l’âge de 5 ans, un homme qui fouillait dans une poubelle à la recherche de nourriture. Son œuvre de bienfaisance, la Ladybug Foundation, qu’elle a fondée à Winnipeg à l’âge de 8 ans, défend les droits fondamentaux de la personne que sont le droit à un logement convenable et le droit à une nourriture suffisante. Aujourd’hui âgée de 18 ans, Hannah Taylor mène divers programmes, dont le Ladybug Foundation Education Program, qui comprend l’outil makeChange destiné aux classes de la maternelle à la 12e année et qui a pour but de donner aux jeunes des moyens d’agir. Son travail, y compris plus de 175 conférences, a permis de recueillir plus de trois millions de dollars pour des projets visant à aider les sans-abris à obtenir un logement, de la nourriture et davantage de sécurité.

  • Santé et sécurité des femmes
  • Santé et bienêtre des enfants